Capteur de qualité de l’air, les meilleurs : Comparatif et guide d’achat !

L’air que nous respirons n’est pas toujours de bonne qualité, et il peut même être dangereux sur le moyen et le long terme. Chaque année, 500 000 personnes meurent directement de la pollution, et plus de 2 millions de décès prématurés sont comptabilisés par l’OMS, à cause des particules fines.

Pour savoir si l’air que l’on respire est bon, un capteur de qualité de l’air est indispensable. Je vous propose donc un comparatif des meilleurs appareils, pour vous assurer que vous et vos proches respiriez chaque jour un air pur ! Par la suite, vous pourrez faire le choix de commander un purificateur d’air, afin de retrouver un air sain dans votre habitation ou sur votre lieu de travail.

Capteur de qualité de l’air : Comparatif !

 Netatmo Capteur de qualité de l’airEve RoomTemtop M10Flow Plume LabsMoniteur de qualité de l’air IGERESS
netatmo capteur de qualite de l'air aviseve room avistemtop m10 avisflow plume labs avisigeress moniteur qualite air avis
Type de capteur Qualité de l'air
Température
Humidité
Bruit
COV
Température
Humidité
COV
HCHO
AQI
PM2.5
COV
NO2
PM10
PM2.5
COV
HCHO
PM10
PM2.5
PM1.0
Avec application OuiOuiOuiOuiNon
Avec écranNonOuiOuiNonOui
NomadeNonNonNonOuiOui
Précision des données BonneBonneExcellenteTrès bonneExcellente
Prix €€€€€€€€€€€€€€€

Capteur de qualité de l’air : Les meilleurs !

Netatmo Capteur de qualité de l’air intérieur : Pas cher et efficace

netatmo capteur de qualite de l'air avisMon avis sur le Netatmo est plutôt bon, même s’il manque à mon sens quelques informations assez importantes pour s’assurer de la qualité de l’air. Le capteur va uniquement nous donner le niveau de CO2 dans une pièce. C’est important, et ça nous permet de savoir lorsqu’il devient nécessaire d’aérer, mais il manque quand même le niveau de COV (Composés Organiques Volatiles) ainsi que le taux de particules fines.

En revanche, on va connaître l’humidité et la température de la pièce, qui sont aussi des données intéressantes pour notre santé. Il y a également un capteur de son, pour vérifier que notre environnement n’est pas soumis à une pollution auditive néfaste.

Le capteur Netatmo est plutôt élégant, il s’intègre sans problème à notre intérieur. Il fonctionne en Bluetooth, et envoie toutes les informations qu’il récolte sur notre smartphone, grâce à une application très complète. On aura de nombreux conseils pour conserver un intérieur sain, et des alertes lorsque le taux de CO2, l’humidité ou la température ne sont pas bons. C’est un bon accessoire, qui ne coûte pas trop cher.

Voir le meilleur prix

 

Eve Room : Une valeur sûre

eve room avisCe petit appareil vous donne plusieurs informations, pour vous assurer de la qualité de l’air que vous respirez. C’est un capteur de qualité de l’air capable de détecter les COV (Composés Organiques Volatiles) et qui délivre une note entre 0 et 5 étoiles. C’est sûrement l’une des informations les plus importantes pour conserver un air aussi sain que possible, les COV étant responsables de nombreux cancers.

Il y a aussi une information sur le taux d’humidité dans les pièces, ainsi que sur la température. L’ensemble des informations sont disponibles sur le petit écran du capteur, et on peut aussi consulter les données directement sur notre smartphone grâce à l’application Eve.

Ça fonctionne très bien, les données sont fiables, mais on regrette quand même de ne pas avoir d’informations plus précises sur les niveaux réels de pollution. Il n’y a pas de données sur les particules fines par exemple. Quoi qu’il en soit, à moins de 100 €, c’est un outil utile, avec une autonomie de 6 semaines, ce qui est plutôt intéressant. C’est un allié de choix pour lutter contre les COV.

Voir le meilleur prix

 

Temtop M10 : Le meilleur rapport qualité/prix

temtop m10 avisSi vous êtes à la recherche de fiabilité et de données précises, alors ce capteur de qualité d’air Temptop M10 est un excellent accessoire. Il est tout d’abord garanti 3 ans, ce qui rassure forcément sur la qualité du matériel. Il va ensuite nous donner des informations sur les COV, sur le HCHO (le formaldéhyde) qui est un COV souvent présent dans les habitations, l’AQI qui est l’indice de la qualité de l’air et le taux de particules PM2,5.

Avec ça, on a réellement tout ce qu’il faut pour vérifier qu’on respire un air aussi sain que possible. Cet appareil fonctionne sans ventilateur, grâce à un capteur électrochimique très précis et un capteur de particule laser tout aussi fiable. Il ne fait donc aucun bruit.

Toutes les informations sont disponibles directement sur l’écran, et l’appareil se connecte sur votre smartphone via son application. On peut programmer des alertes et réagir rapidement, en ouvrant les fenêtres ou en activant un purificateur d’air. Le prix est vraiment canon pour un capteur aussi complet et précis, il devrait être obligatoire dans toutes les habitations. Je vous le conseille forcément !

Voir le meilleur prix

 

Flow Plume Labs : Le capteur de qualité d’air nomade

flow plume labs avisCe petit capteur de qualité d’air connecté peut vous suivre absolument partout, vous permettant ainsi de développer les bons réflexes afin de minimiser votre exposition à la pollution. Son look est assez étonnant. C’est un bel objet, en métal, avec une lanière de cuir, qu’on peut poser sur un meuble de la maison, ou accrocher à son sac à dos. Il mesure la qualité de l’air en continu, grâce à son autonomie de 24 heures.

Il vous donne les niveaux de particules fines PM10, de particules fines PM2,5, de COV et de NO2 (dioxyde d’azote). Toutes les données sont envoyées sur l’application Flow, directement sur notre smartphone, et on sait donc avec précision qu’elle est la qualité de l’air. Il y a des indications, avec des codes couleurs, pour voir rapidement l’état de l’air que vous respirez.

Accroché à notre sac à dos et connecté au GPS de notre téléphone, le capteur Flow Plume Labs nous dévoile la qualité de l’air dans toutes les rues que nous empruntons. Ceux qui circulent en deux-roues ou à pieds régulièrement, vont être étonnés de voir de grosses différences d’une rue à une autre. C’est un super appareil, précis et pratique, qui nous permet à tout moment d’éviter les zones polluées.

Voir le meilleur prix

 

Moniteur de qualité de l’air IGERESS : Le plus précis

igeress moniteur qualite air avisIci, pas de fioriture, on passe sur un appareil qui ressemble à ceux que peuvent utiliser les professionnels de l’environnement et de la pollution. C’est une télécommande, munie d’un écran et d’un processeur qui fait tous les calculs tout seul. Il n’y a pas d’application connectée, mais de nombreux menus directement sur l’écran du capteur. La qualité de fabrication est très bonne, et il y a une pochette pour l’amener partout.

La prise en main est relativement simple, même s’il faut le calibrer à la première utilisation. On obtient ensuite des données très prises, avec le taux de formaldéhydes, les COV, les particules fines PM10, les particules fines PM2,5 et même les particules ultra-fines PM1.0. Il y a un code couleur pour une lecture facilité des données collectées et on comprend très vite si l’air de la pièce est sain ou non.

C’est du très bon matériel, très fiable, qui permet vraiment de vérifier la qualité de l’air, aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Le prix est évidemment un peu élevé, et on regrette de ne pas avoir un système connecté pour recevoir des alertes, mais ça reste quand même un outil très pratique à utiliser.

Voir le meilleur prix

 

Pourquoi contrôler la qualité de l’air ?

Chaque jour, nous respirons 12 000 litres d’air, soit environ 4 millions de litres par an… C’est l’élément le plus important à notre vie, plus encore que l’eau que nous buvons. Lorsqu’on respire un air malsain, on s’empoise petit à petit, et c’est de cette manière que chaque année, plus de 2 000 000 de personnes meurent à la suite d’un problème de santé lié à la pollution de l’air, que ce soit à cause des particules fines ou des composés organiques volatiles (COV).

Vous vous dites peut-être que vous ne pouvez pas grand-chose contre la pollution, et qu’une mesure de la qualité de l’air ne vous aidera pas à obtenir un air plus sain. Vous avez raison pour l’extérieur de votre habitation, mais il faut savoir que c’est souvent dans nos intérieurs que la qualité de l’air est la moins bonne.

capteur qualite air guide achat

On utilise des produits d’entretien, on laisse le CO2 s’accumuler, on fume, on crame de l’encens ou allumons un feu de cheminée, on utilise des déodorants, des parfums, des diffuseurs d’huile essentielle, bref, nous créons de la pollution, et un nombre de particules fines et de COV très important. C’est pourquoi il est conseillé d’aérer nos maisons, nos ateliers ou nos bureaux aussi souvent que possible.

En hiver, lorsque c’est plus compliqué d’aérer, les purificateurs d’air viennent à votre secours. C’est un excellent accessoire, qui permet notamment de purifier une chambre avant de dormir, et qui vous aide surtout à retirer l’immense majorité des particules fines qui flottent dans l’air.

Le capteur de qualité d’air vous indique donc si une pièce est polluée, et vous pouvez réagir rapidement en aérant ou bien en allumant votre purificateur d’air. Lorsqu’on est conscient des risques, et qu’on voit sur un écran qu’on respire un air pollué, on peut modifier nos habitudes de vie pour se protéger efficacement. Le capteur de qualité d’air nous permet donc de voir l’invisible, pour mieux protéger notre habitation ou notre lieu de travail.

Quels sont les polluants dangereux ?

Il y a tout un tas de polluants dans l’air, les voici :

  • Particules fines
  • Dioxyde d’azote (NO2)
  • Composé organiques volatiles (COV)
  • Dioxyde de carbone (CO2)
  • Dioxyde de soufre (SO2)

Les particules fines

Ce sont les particules fines qui affectent le plus la santé, plus que les autres polluants. Elles peuvent se composer de nitrates, de sulfates, de chlorure de sodium, d’ammoniaque, de carbone, d’eau ou d’autres matières minérales. C’est un mélange relativement complexe, fait de particules solides et liquides, qui restent en suspension dans l’air.

Les particules PM10 de moins de 10 μ (μ = micron), pénètrent facilement dans vos poumons et se logent à l’intérieur. Elles peuvent déjà apporter leur lot de bactéries ou de substance cancérigènes. Les particules fines PM2,5, de moins de 2,5 μ sont encore plus dangereuses, puisqu’elles sont suffisamment petites pour traverser la barrière pulmonaire et contaminer votre sang. On sait qu’une exposition régulière à ces particules fines augmente considérablement le risque de maladies cardiovasculaires, de cancers des poumons et de maladies respiratoires.

Les valeurs recommandées

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande certains taux à ne pas dépasser. Le taux est calculé en microgramme par m³, soit μg/m³.

  • PM10 : 20 μg/m³ de moyenne annuelle ou 50 μg/m3 de moyenne sur 24 heures
  • PM2,5 : 10 μg/m³ de moyenne annuelle ou 25 μg/m³ de moyenne sur 24 heures

Grâce à un capteur de qualité de l’air et un purificateur d’air, on peut rester facilement en dessous de ces valeurs recommandées, et augmenter alors son espérance de vie.

Les composés organiques volatiles

capteur qualite air comparatif

C’est un mélange d’odeurs et gaz produits par de nombreux produits chimiques qu’on utilise tous les jours. Ils peuvent avoir un effet très grave sur votre santé, que ce soit à long ou à court terme. Dans les cas les moins graves, ce sera de simple irritation des yeux, de la gorge ou du nez, mais ça peut aller jusqu’à des lésions pulmonaires, rénales ou hépatiques, et même provoquer des cancers.

On retrouve les COV dans les peintures, les cires, les vernis, les produits cosmétiques, les solvants de nettoyages, les déodorants, les bougies parfumées et les produits de cuisine. Dans un espace clos, ils s’accumulent petit à petit, et gagnent en dangerosité. Voilà pourquoi il est important de vérifier les taux régulièrement.

Les valeurs recommandées

On calcule les taux de COV en ppb, un sigle anglais signifiant « part per billion », ou « part par milliard » en français. Voici les recommandations à respecter autant que possible :

  • Moins de 250 ppb : L’air est sain, la teneur en COV est faible.
  • Entre 250 ppb et 2000 ppb, il faut aérer et chercher les causes de la propagation.
  • Au-delà de 2000 ppb : Les taux sont trop élevés et potentiellement dangereux, il est urgent de prendre des mesures adaptées pour éviter ce genre de situation.

Dioxyde d’azote (NO2)

C’est un COV, mais comme c’est celui qu’on retrouve le plus souvent dans l’air, il existe des capteurs capables de le détecter. Il est d’autant plus important, qu’il provoque la formation de particules fines PM2,5, en plus d’être relativement toxique à partir d’une certaine quantité.

Le NO2 est créé principalement par nos appareils de chauffage, les moteurs de véhicules ou même les appareils électriques qui sont de plus en plus nombreux dans nos maisons.

Les valeurs recommandées

  • 40 μg/m3 de moyenne annuelle
  • 200 μg/m3 de moyenne par heure

Le capteur de qualité d’air est indispensable !

Pour vérifier certains ou la plupart de ces taux, il n’y a pas 50 solutions. Un capteur de qualité d’air est indispensable pour s’assurer que notre environnement est sain. Il permet de prendre conscience de l’état de l’air que nous respirons chaque jours, et ainsi de changer nos habitudes pour mieux se protéger contre ce fléau des polluants.

Comment choisir un capteur de qualité d’air ?

comparatif capteur air

Choisir un capteur de qualité de l’air ne se fait pas au hasard. Il y a plusieurs critères à analyser avant de passer commande et certains auront besoin d’options qui ne seront pas utiles à d’autres. Voici donc quelques conseils pour vous aider à faire le meilleur choix.

Le type de contrôle

C’est évidemment le premier critère de sélection. On va choisir un appareil capable d’analyser la qualité de l’air, mais selon notre lieu de vie, on peut opter pour différents modèles.

Si vous vivez à la campagne, que vous utilisez peu de solvants et de produits chimiques, alors un simple détecter de CO2 peut être suffisant. Il est souvent couplé à un thermomètre et un capteur d’humidité, pour adapter l’environnement à nos besoins. L’humidité et la chaleur d’une pièce peuvent influer sur la santé, mais aussi sur la qualité du sommeil, ce sont donc des données qui peuvent avoir leur importance.

Je conseille cependant d’utiliser un capteur capable de détecter les COV ou les particules fines. C’est ce genre de matériel qui nous donne vraiment une indication sur la pollution de l’air ambiant. Certains ne gèrent que les COV, d’autres sont plus complets et détectent les particules fines PM10, PM2,5 et même PM1,0 pour les capteurs les plus précis.

L’utilisation

Certains capteurs de qualité de l’air sont plus simples à utiliser que d’autres. Il y a des appareils qui travaillent seuls, et qui donnent leurs informations directement sur un petit écran. D’autres sont uniquement connectés et transfèrent les données captées sur une application smartphone. Enfin, les plus complets combines les deux possibilités, à savoir un petit écran pour lire directement les informations, et une application qui compile et affine les données récupérées.

Personnellement, je trouve les capteurs d’air connectés bien plus pratique et ludique. Ils peuvent nous alerter si la pollution de la pièce est trop importante, ce qui nous permet de réagir immédiatement. Que ce soit pour le salon où la famille passe son temps, la chambre d’un enfant, ou le bureau de nos collaborateurs, c’est bien de pouvoir réagir rapidement.

Dans l’ensemble, tous les capteurs de qualité d’air sont simples à prendre en main. Selon la technologie utilisée pour détecter la pollution, un calibrage de l’appareil est parfois nécessaire, mais ce n’est jamais compliqué.

La précision des données

De nombreux utilisateurs, se plaignent du manque de fiabilité des capteurs de qualité de l’air. En effet, certains appareils fonctionnent très mal et ne donnent jamais d’informations pertinentes. Dans mon comparatif, j’ai sélectionné uniquement les moniteurs de qualité de l’air dont je connais la précision et l’efficacité. Ce sont des capteurs qui ont fait leurs preuves.

Cependant, on peut effectivement, même dans une pièce fermée, avoir des résultats différents d’une détection à une autre. C’est complètement normal. Vos mouvements déplacent l’air d’une pièce, et même dans une pièce complètement vide, l’air continu de circuler même si on ne le ressent pas.

On peut donc avoir des données assez différentes en faisant 3 mesures en moins d’une minute. C’est à vous de faire une moyenne. S’il y a un pic de pollution important, et que les valeurs retombent plus ou moins à la normale la seconde d’après, ça reste inquiétant.

Il faut garder en tête que les polluants ne sont pas dans l’air de manière homogène. Dans une pièce de 50 m², on peut avoir une excellente qualité d’air d’un côté, et une pollution dangereuse à l’autre bout. C’est exactement comme à l’extérieur, deux rues parallèles séparées de quelques dizaines de mètres, peuvent avoir un air très différent.

Le design et la qualité de fabrication

Le design peut avoir son importance. Si on a un beau salon, on ne veut pas forcément ajouter un moniteur grossier, qui fait parfois penser à un appareil industriel ou médical. Certains fabricants l’ont bien compris, et proposent des capteurs qui s’intègrent parfaitement à un intérieur moderne. Ce sont souvent des accessoires connectés, sans écran, qui sont très discrets et envoient leurs informations sur votre smartphone.

La qualité de fabrication est surtout importante pour les appareils les plus nomades. Il y a des capteurs manuels, qu’on peut emporter partout, ils se doivent d’être suffisamment solides. Pour le moniteur qu’on laisse sur un coin de meuble, la robustesse de l’objet a forcément un peu moins d’importance.

Quel prix pour un capteur de qualité de l’air ?

Les prix sont assez semblables d’un appareil à un autre. Tout dépend de la technologie utilisée et des fonctionnalités du capteur. Un détecteur qui nous donne uniquement une couleur ou un nombre d’étoiles pour « noter » la qualité de l’air, coûte généralement moins cher qu’un modèle capable de donner un chiffrage du taux de particules fines ou de composés organiques volatiles.

Plus le capteur est capable d’être précis, plus il coûte cher, c’est aussi simple que ça. En moyenne, il faut compter entre 85 € et 150 €. On trouve de très bons détecteurs de qualité de l’air à ce prix-là, c’est d’ailleurs dans cette fourchette que se trouvent tous les modèles de mon comparatif.

Les gestes simples pour garder un air sain à la maison !

Avec un peu de bonne volonté et en changeant quelques habitudes, on peut conserver un air propre et sain à la maison. C’est d’autant plus important pour les personnes sensibles aux polluants, comme les enfants en bas âge, les femmes enceintes et tous ceux qui sont vulnérables aux allergies. Même les personnes en pleine force de l’âge et en bonne santé le resteront plus facilement avec un air de bonne qualité.

Aérer votre habitation au moins 10 minutes tous les jours

capteur qualite air guide achat

Même si vous vivez en ville, que les rues vous semblent polluées, il est crucial d’aérer correctement votre lieu de vie ou votre lieu de travail, une bonne dizaine de minutes chaque jour. Dans un environnement citadin, il est préférable de réaliser ce geste le matin, lorsque les taux de pollution sont au plus bas. Si ce n’est pas possible, alors attendez le soir, entre 22h et minuit. À la campagne, vous pouvez aérer à n’importe quel moment de la journée.

Sélectionnez vos produits d’entretien et stockez les correctement

Pour tous vos produits de nettoyage, que ce soit pour faire la vaisselle ou la lessive, et même pour vous laver les mains, je ne peux que vous conseiller les produits certifiés « EcoLabel ». Ils sont parfois sans odeur, ce qui peut paraître étrange à certains, mais sachez que la propreté n’a pas d’odeur. S’il y a un parfum, c’est qu’il y a des molécules qui flottent dans l’air.

L’eau de javel doit être utilisée lorsqu’il y a un risque bactériologique ou viral, afin de désinfecter lorsque c’est nécessaire. Il ne faut en revanche pas en abuser, puisqu’elle est nocive pour la qualité de l’air.

Les produits pour nettoyer la salle de bain ou les toilettes contiennent souvent des acides (sulfuriques, phosphoriques ou chlorhydrique), ainsi que des agents actifs puissants, qui sont particulièrement volatiles. Il faut donc bien aérer la pièce pendant l’utilisation et plusieurs dizaines de minutes après.

Enfin, autant que possible, on évite de stocker les produits chimiques et potentiellement toxiques à la maison. On a souvent tendance à ranger des détergents puissants, de la térébenthine, des peintures, ou même des pesticides, sous l’évier de la cuisine. Il faut arrêter de le faire. Si vous avez un garage ou mieux un abri de jardin, c’est là qu’est leur place. Pour ceux qui ont peu d’espace, alors un rangement sur un balcon est une bonne solution. Pour les autres, il faudra sélectionner avec encore plus de vigilance les produits que vous utilisez.

On évite les « sent bon » en tout genre

Les bougies, l’encens, les huiles essentielles, peuvent être très agréables, permettre la détente et apporter une ambiance olfactive à nos intérieurs. Ce ne sont généralement pas des produits toxiques, mais ils libèrent des particules fines qui peuvent à forte dose ou lors d’une utilisation quasi-quotidienne, irriter le nez, la gorge et les poumons.

Même si l’odeur est très agréable, il faut utiliser ce genre de produit dans un environnement adapté. On évite donc les bougies dans une petite pièce, à moins que les fenêtres soient ouvertes. Pour les soirées romantiques, on privilégie quelques fleurs sur la table, et une lumière électrique tamisée.

On s’équipe correctement !

Pour savoir où on en est au niveau de la qualité de l’air, il n’y a pas d’autres possibilités que celle de l’utilisation d’un capteur de qualité d’air. C’est le seul moyen de s’assurer que nous et nos proches respirons un air qui ne nous empoisonne pas au fil des mois et des années.

On va ensuite pouvoir opter pour un purificateur d’air. Ces appareils filtrants sont de plus en plus efficaces, et je ne vois vraiment plus aucune raison de s’en passer. Même à la montagne, là où on pense être protégé, nos cheminées, nos appareils à raclette, nos produits d’entretien, dégagent des particules fines, qu’il est toujours intéressant de combattre, surtout en hiver, lorsqu’on ne peut pas toujours aérer les pièces.

À noter que certains purificateurs d’air, comme le Philips AC2887/10, possèdent directement un capteur de qualité de l’air, qui vous donne une information sur les particules fines. Vous faites donc « d’une pierre deux coups » avec ce type de matériel.